Auteurs

Pascale Kramer

Pascale Kramer est née à Genève en 1961. Elle a grandi et fait ses classes à Lausanne, où elle a également commencé des études de lettres avant de travailler dans le journalisme et la publicité. Depuis 1987, elle vit à Paris.

Elle est l’auteur d’une dizaine de romans parmi lesquels Manu, publié chez Calmann-Lévy et lauréat du Prix Michel-Dentan en 1996. En 2011, elle reçoit le Prix Lipp Zurich pour Les vivants (Calmann-Lévy). En 2005 paraît L’adieu au Nord au Mercure de France comme Retour d’Uruguay (2003), et Fracas (2007). Son livre L’implacable brutalité du réveil reçoit, outre le Prix Rambert 2010, deux autres prix prestigieux : le Grand Prix du roman de la SGDL (en France) et le Prix Schiller. En 2017, un an après la parution de l’Autopsie d’un père (Flammarion) elle reçoit le Grand Prix suisse de littérature qui récompense un auteur pour l’ensemble de son œuvre. Son dernier roman, Une famille,

Pascale Kramer est également co-programmatrice du Salon africain du livre et de la presse de Genève, et programmatrice du festival de films documentaires Enfances dans le monde qui se tient au mois de Novembre à Paris.

« Pascale Kramer ‘aborde de grandes questions d’ordre moral – justement parce que toute forme de moralisme lui est étrangère’, poursuit Alain Berset dans la version écrite de son allocution [lors de la remise du Grand Prix suisse de littérature]. ‘Elle s’attache à un détail, à une ombre dans le regard, à une inflexion de la voix. Et l’air de rien, dévoile tout’, comme dans Onze ans plus tard. Même si ses histoires ne se déroulent pas en Suisse, à l’exception de Retour d’Uruguay, on pourrait toutefois voir ‘une dimension helvétique dans sa méfiance envers l’abus de pouvoir, dans son aptitude à mettre le doigt sur les fausses notes’, d’après Alain Berset. Ses livres sont donc à leur manière politiques. A l’instar de son dernier roman Autopsie d’un père, où elle retrace l’histoire d’un journaliste de gauche qui vire à droite et qui toute sa vie va sans se rendre compte ‘intimider et blesser sa fille’, observe le conseiller fédéral » (ATS, RTN, 16-2-2017).

 

 

 

 

 

 

Search